Daily Devotionals
KCM
Un temps pour oublier Kenneth Copeland 25 December Alors Pierre s’approcha et lui dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il pèchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui répondit : …. jusqu’à soixante-dix fois sept fois.

« Tu te rappelles, quand… ? » Voilà une question que nous entendons souvent à cette époque de l’année. Nous passons du temps en famille et avec nos amis, nous remémorant avec plaisir les fêtes de Noël précédentes, jusqu’à ce que, inévitablement, quelqu’un rappelle un événement désagréable qu’on aurait préféré oublier.

Soudain, la douleur revient avec force : le souvenir d’une critique faite par un proche, d’une promesse non tenue d’un ami, de sentiments de rejet, de déceptions, de déchirements de coeur…

Que faire de tels souvenirs ? Sommes-nous obligés de les traîner avec nous d’année en année, comme autant de fardeaux à porter ? Non. Nous pouvons nous en débarrasser. Et, en fait, nous devons nous en débarrasser. Mais il n’y a qu’une seule façon de le faire : à travers le pardon.

Pardonner à quelqu’un semble facile. Mais très peu le font réellement. Nous considérons le pardon comme une option, comme quelque chose que nous pouvons faire ou ne pas faire. Pourtant, ce n’est pas le cas. C’est une exigence fondamentale pour chaque croyant. Aux yeux de Dieu, le refus de pardonner est un péché. Dans Matthieu 18, Jésus raconte une parabole qui en montre les terribles conséquences. C’est l’histoire d’un serviteur qui devait à son maître l’équivalent de plusieurs millions de dollars. Lorsque le moment fut venu de payer sa dette, il supplia son maître d’avoir pitié de lui : « Seigneur, prends patience envers moi, et je te rembourserai tout. » Le maître fut tellement ému de compassion, qu’il lui remit entièrement sa dette !

Peu après, ce même serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait 15 dollars. Comme celui-ci n’avait pas de quoi le rembourser, il ignora ses supplications et le fit jeter en prison. Lorsque le maître de ce serviteur l’apprit, il en fut très contrarié. Il le traita de méchant serviteur et le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait payé tout ce qu’il devait.

Considérez le montant de la dette impayée. Il ne s’agissait que de 15 dollars ! Le plus souvent, ce sont les petites offenses qui nous font chuter : les petites rancunes entre mari et femme ou entre frères et soeurs, ces petits ressentiments qui paraissent insignifiants. Mais, méfiez-vous ! Le diable utilise ce genre de choses pour vous tourmenter. Après tout, Jésus a payé une montagne de dettes pour vous. Vous pouvez donc faire preuve de générosité concernant les quelques sous que les autres vous doivent.

Passez du temps avec le Saint-Esprit, et permettez-Lui de vous montrer s’il y a du ressentiment en vous. Ensuite, repentez-vous s’il y a lieu et libérez le pardon. Faites de ce Noël non seulement un temps pour vous souvenir, mais aussi un temps pour oublier.

Scripture Reading: Matthieu 18:21-35